Le roi est mort

Larry Hagman est mort. Putain, ça fout un coup. Pour moi qui ne suis pas trop série, Dallas est la seule que j’ai regardée du tout début jusqu’à la fin, je ne compte pas les quelques suites téléfilms ni la série 2012, qui à ma connaissance n’est pas encore sortie. Bon, allez avec Buffy.

Dallas c’est (au présent) quand même un monument unique au monde. Et son emblème principal, JR Ewing, un personnage hors-normes. Larry Hagman faisait tellement corps avec ce personnage que j’avais presque fini par les confondre. JR avait un nombre incalculable d’ennemis, il a eu d’innombrables menaces de mort et il s’en est toujours sorti avec panache et beaucoup de chance que je pensais l’interprète immortel. Une telle fusion entre un acteur et un personnage est un cas unique. Ce personnage justement est connu de tous, gravé dans les mémoires, même dans celles qui n’ont pas spécialement suivi la série.

Dallas c’est avant tout un univers fourni, riche, passionnant, foisonnant, où des dizaines de personnages se croisent, viennent, passent, disparaissent. On se rappelle des barbecues qui finissaient toujours en bagarre dans la piscine, des bals du pétrole où chacun se devait d’assurer plus qu’à la fashion week. Dallas, et JR, c’est le cliffhanger le plus célèbre, le plus efficace, le plus passionnant de l’Histoire et qui le restera pour toujours. Dallas c’est le Texas fier et conquérant, à l’image de Jock, avant qu’il ne se passe pourrir par les mexicains et avant que le pétrole ne se fasse pervertir par les arabes. Dallas c’est la famille avant tout, et le reste se fera écraser comme Digger Barnes. Dallas c’est la seule série qui peut foutre en l’air une saison entière et faire passer ça comme dans du beurre.

Aujourd’hui, de nombreux fans se pâment (Barnes) devant Homeland, Le Trône de fer ou Walking Dead, mais ce sont les mêmes qui ont jeté aux oubliettes les Lost, les 24 et autres Eurêka. Ils vouent un culte aux derniers showrunners, mais ont oublié qui sont David E. Kelley et Chris Carter. Aujourd’hui plus personne se préoccupe d’Alias ou Nip/Tuck, tout comme les séries en cours suscitées partiront bientôt aux oubliettes.

Mais Dallas et JR resteront pour l’éternité. Oui, on peut dire que Larry Hagman n’a pas eu une carrière cinématographique fracassante (qui saura le repérer dans Superman ?), oui ce n’est pas le meilleur interprète de Sherlock Holmes, mais il vaut mieux avoir un seul rôle historique que des dizaines insignifiants. Et si le tant annoncé long métrage n’a pas pu se faire ou s’il se fait, c’est perdu d’avance, car il n’y a qu’un JR, et il n’y en aura qu’un.

J’ai eu la chance de le rencontrer et j’ai eu en face d’un moi tétanisé par tous ces coups tordus vus à l’écran, un homme gentil, charismatique, drôle. D’ailleurs ceux qui ne voient en JR que le personnage ignoble sont ceux qui sont restés sur les 5 premières saisons. Cliff, les fantômes de Kristine et de BD Calhoun, Vaughan Leland, Alan Beam, Carter McKay peuvent trinquer, eux qui n’ont jamais réussi à abattre JR voient là leur voeu le plus cher exaucé. Avec Larry Hagman c’est un monument qui s’efface, ne restent que des souvenirs inédits de dégoût, de  rire, de suspense, de passion puissance 1000. Rien que ça. Et personne ne lui arrivera jamais à la cheville…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :